Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LIBRAIRIE MOTS ET CIE

Décès de la romancière Assia Djebar

7 Février 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2015

Décès de la romancière Assia Djebar

Grande intellectuelle algérienne, écrivaine, historienne, cinéaste et grande voix de l’émancipation des femmes.

L'écrivaine, membre de l'Académie française, est décédée à 78 ans, trois ans après avoir été pressentie pour le Nobel de littérature.

Première femme musulmane admise à l'Ecole normale supérieure de Paris (1955), après une khâgne au lycée Fénelon, elle est aussi la première personnalité du Maghreb élue à l'Académie française (2005), après l'avoir été à l'Académie royale de Belgique, en 1999.

Connue pour son engagement en faveur des droits des femmes, Assia Djebar était considérée comme l'une des auteurs les plus célèbres et influentes du Maghreb.

Dans son dernier ouvrage ( 2007), "Nulle part dans la maison de mon père" sûrement le plus personnel, elle ressuscite avec émotion, lucidité et pudeur la trace d'une histoire individuelle dont l'ombre projetée n'est autre que celle de son peuple.

« Les enfants du nouveau monde ». Algerie, printemps 1956. C’est la guerre et dans ce monde qui vacille, des femmes luttent pour sauver leur amour, des sœurs défendent leurs frères, des jeunes filles cheminent des heures dans la montagne pour aller soigner des blessés. Elles sont la promesse d’un nouveau monde qui s’annonce.

« La Femme sans sépulture » Cette femme c’est Zoulikha, héroïne oubliée de la guerre d'Algérie, montée au maquis au printemps 1957 et portée disparue deux ans plus tard, après son arrestation par l'armée française. Femme exceptionnelle et engagée dans une démarche de liberté. Autour d’elle, d'autres figures de l'ombre, vivant au quotidien l'engagement et la peur. Véritable chant d'amour contre l'oubli et la haine,

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article