Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LIBRAIRIE MOTS ET CIE

LES MOTS DU LIBRAIRE - juillet / août

11 Juillet 2015 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #RENTREE LITTERAIRE 2015

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

VOS LECTURES D’ÉTÉ



L'été tant attendu est là !

Et l'été, en plus de bronzer, on rêve de se plonger dans les livres qu'on n'a pas eu le temps de lire pendant l'année.

Voici une liste pour vous aider à choisir celui qui sera le rayon de soleil de vos journées parce que le plaisir… ça se partage !

________________________________________________________________________________

Pour commander ou vérifier la disponibilité d’un ouvrage :

http://www.librairie-motsetcie.fr

_________________________________________________________________________________

LITTERATURE

L'odeur du papier, le bruit des pages, la musique des phrases…

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LA COULEUR DU LAIT

Nell Leyshon

(Phébus)

Vie ordinaire de domestique au 19ème siècle en Angleterre. Mary, 15 ans, entame le tragique récit de sa courte existence. Petite dernière de quatre filles,un peu handicapée, sa famille voit en elle un fardeau. On l’envoie chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse. Elle va y découvrir lecture et écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation, car les maîtres restent des maîtres et les serviteurs des serviteurs.

Un livre bouleversant qui résonne encore longtemps une fois refermé.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE PUITS

Yvan Repila

(Denoel)

Deux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d'un puits de terre, au milieu d'une forêt. On ne sait ni pourquoi, ni comment ils se sont retrouvés au fond de cette cavité. Ils tentent de s’échapper, sans succès. On suit pendant des jours et des jours la lente et terrifiante dégradation de leur corps, de leur esprit. Jour après jour, le Petit s'affaiblit. Pour sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie.

Une fable brutale et cruelle mais pleine d'espoir. Rare !

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

AMOURS

Leonor Recondo

(S. Wespieser)

1908. Dans le huis-clos d’une maison bourgeoise vivent Anselme, notaire et Victoire, son épouse qui s’ennuie ferme ( Là s'arrêtent les soupçons de Bovarisme !). Anselme satisfait ses pulsions sexuelles en violant Céleste, la jeune bonne. Victoire, elle, s'éprend peu à peu de la bien nommée Céleste. Face à la violence des hommes, Victoire et Céleste font peu à peu l'apprentissage de ce que les conventions sociales et religieuses tiennent à distance : le corps.

Un roman fort où barrières sociales et convenances explosent laissant la place à la ferveur d’un sentiment qui balayera tout….

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

MEURSAULT CONTRE ENQUÊTE

Kamel Daoud

(Actes Sud)

Oran, au fond d'un bar, Haroun, un vieil homme, soliloque. C’est le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Étranger (Camus). Il relate sa version des faits, raconte l’envers du décor, rend son nom à son frère, figure niée de la littérature. Il s’empêtre dans son récit, délire, ressasse ses souvenirs, peste contre l’Algérie, n’épargne personne. Son obsession est que « l’Arabe » soit reconnu. L’entreprise n’était pas facile mais de doubles en faux-semblants, les échos qui se répercutent d'un livre à l'autre sont très subtils.

Traité façon roman policier, c’est un ouvrage vertigineux !

Prix Goncourt du Premier Roman 2015

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

AMERICANAH

Chimamanda Ngozi Adichie

( Gallimard)

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze. Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?

Des aventures hautes en couleur entre condition noire au Nigéria et aux USA où l’auteur fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d’immigrant.

Présent, passé, tristesse, drôlerie, une saga impossible à lâcher !

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE VEILLEUR DU JOUR

Jacques Abeille

(Le Tripode)

Bienvenue à Terrèbre capitale de l'Empire, ville d'exilés et de déracinés hostiles. Barthélemy Lécriveur, un homme sans mémoire et sans passé, venu du pays des Hautes Brandes, se voit dès son arrivée contraint de limiter ses repas en attendant de trouver un emploi. Aidé par une servante dont il s'éprend et par un aubergiste bienveillant, il devient gardien d'un entrepôt pour une mystérieuse association d’archéologues. Il va alors découvrir que l’édifice est le temple d’une civilisation disparue.

Un voyage dans un monde fantastique et onirique.

_______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE CAILLOU

Sigolène Vinson

(Le Tripode)

Histoire d’une jeune femme qui voulait devenir un caillou. Mais pourquoi? C’est à la mort de Monsieur Bernard, son vieil et énigmatique voisin que la narratrice décide de partir sur ses traces en Corse du sud où celui-ci se rendait plusieurs fois par an.

D’ailleurs, qu’est-ce qui la retiendrait à Paris, sinon ce client du bar où elle travaille, dont elle est secrètement amoureuse ?

Un roman drôle et désespéré, inventif et qui nous met face à nos angoisses les plus profondes.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

PALMIRO

Luigi Di Ruscio

(Anacharsis)

Auto­biographie picaresque où l’auteur orchestre dans sa ville natale une comédie humaine à l’italienne, peuplée de figures burlesques, tragiques et tendres qui se passe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, galerie de portraits qui naît de la confusion politique de l'Italie des années 1940, déchirée entre fascisme, troupes américaines et allemandes.

Tout est vivant, bruyant et coloré dans ce roman picaresque, tragique et burlesque à la fois.

_______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

SAINT JOHNSON

W.R. Burnett

(Actes Sud)

Roman qui s’inspire d’un épisode de l’histoire de l’Ouest, le règlement de compte à OK Corral

(1881) qui oppose le clan Earp à la famille Clanton à Tombstone dans l’Arizona.

Wayt Johnson, propriétaire du saloon, marshal rêvant de devenir shérif, n’a qu’un idéal : celui de faire régner la paix et l’ordre dans cette bourgade de l’Arizona, à commencer par l’interdiction des armes. Sur fond de luttes de pouvoir, une querelle légendaire éclate entre deux clans, les Johnson et les Northrup. Qui imposera sa loi ?

Un western sobre, efficace et haletant.

_________________________________________________________________________________

_________________________________________________________________________________

POCHOTHEQUE

Du bonheur… plein les poches !

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LA PETITE COMMUNISTE QUI NE SOURIAIT JAMAIS

Lola Lafon

(Babel Actes Sud)

Montréal 1976. Les Jeux Olympiques révèlent la jeune gymnaste Nadia Comaneci, reine de l’air à la volonté de fer, véritable icône qui révolutionnera la gymnastique. Pourtant, la suite fut un grand gouffre : l'anonymat, après avoir été déchiquetée par ceux qui la portèrent aux nues.

Entre biographie poétique et texte objectif, ce roman oppose la dictature communiste d'hier et l'asphyxie capitaliste d'aujourd'hui. Une prison pour une autre.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

KINDERZIMMER

Valentine Goby

(Actes Sud)

Le roman s'ouvre sur le récit que fait Mila à des élèves pour témoigner des horreurs de l'histoire. Elle a 22 ans en 1944 quand elle arrive à Ravensbrück, le camp de femmes. Enceinte, son enfant naît dans la Kinderzimmer, pièce des nourrissons, point de lumière dans les ténèbres où les femmes perpétuent la vie malgré tout.

Un roman bouleversant qui éclaire des ignorances historiques.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

REPARER LES VIVANTS

Maylis de Kerangal

(Folio)

Retour d'une session de surf, trois lycéens sont victimes d'un accident de la route. Simon, blessé à la tête, est déclaré en état de mort cérébrale. Ses parents sont confrontés au dilemme du don d’organes. Comment peut-on accepter de donner un organe de son enfant mort ? Le récit tisse les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures dans le parcours de son coeur et les étapes de la transplantation qui va bouleverser de nombreuses existences.

Un roman éblouissant où le cœur reste malgré tout le symbole de l’amour.

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LETTRE A HELGA

Bergsveinn Birgisson

(Points Seuil)

Islande 1997. Bjarni Gislason, qui sent sa fin proche (il flirte avec les quatre-vingt-dix ans), écrit une longue lettre à Helga, la femme qu’il n’a cessé de désirer toute sa vie mais à laquelle il a dû renoncer. Déclaration d’amour passionnée, hymne à la terre et au mode de vie rural, cette lettre est pour l’ancien éleveur de brebis l’occasion de s’interroger sur les raisons qui poussent un homme à faire la sourde oreille au doux appel de l’amour.

Lyrisme et de poésie dans cette histoire déchirante mais en aucun cas larmoyante.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

L’HOMME QUI SAVAIT LA LANGUE DES SERPENTS

Andrus Kivirähk

(Le Tripode)

Estonie, XIIIe siècle. Dans une forêt vit une population "païenne" qui connaît le langage des bêtes. Leemet, le narrateur, a appris cette langue tout jeune. Mais l'attrait de la nouveauté incite les habitants de la forêt à s'installer au village voisin où les étrangers « chrétiens » ont apporté des innovations incroyablement modernes. Une fois installés, ils oublient tout de leur ancien mode de vie et adoptent des habitudes d’une absurdité consternante. Leemet comprend qu'il sera le dernier à parler la langue des serpents.

Un conte iconoclaste pour dénoncer bêtise et fanatisme.

______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

TERRE DES AFFRANCHIS

Liliana Lazar

(Babel)

La vie d'un village sous Ceausescu: meurtres, soupçons, méfiance entre les gens. Le meurtrier, créature de 100 kilos, bûcheron dont les mains tuent quand elles croient étreindre se cache sous les toits de sa mère pour échapper à la police. Il tente de se racheter une bonne conduite en se faisant moine copiste et couvre des cahiers entiers de textes religieux interdits, acte de résistance qui n’étouffe pas ses pulsions meurtrières.

Conte politique envoûtant et engagé, un premier roman inquiétant.

Prix des cinq continents de la francophonie 2010.

_______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

POLAR


Gravement addictif !

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

ENFANTS DE POUSSIERE

Craig Johnson

(Gallmeister)

Dans le Wyoming, le sherif Walt Longmire, ex-Marine allergique à la violence, découvre le cadavre d'une jeune Vietnamienne ce qui va réveiller chez lui des souvenirs de la guerre du Vietnam où pour passer le temps il allait dans un bar à Saïgon pour se saouler et jouer du piano. Le récit alterné nous fait découvrir deux aspects de l’Amérique : la rurale d’aujourd’hui, bien loin des villes modernes et celle du Vietnam qui a laissé une trace profonde dans les esprits des deux camps.

Des ambiances de polar et de western, sur fond de grands espaces, un thriller remarquable.

________________________________________________________________________________

TRILOGIE GRECQUE DE PETROS MARKARIS

(Plus que jamais d’actualité !)

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

1/LIQUIDATIONS À LA GRECQUE

Petros Markaris

(Seuil)

Mort aux banquiers ! Des banquiers sont décapités par l’épée, les manifestations bloquent les rues d’Athènes, des tracts appelant les clients des banques à ne plus rembourser leurs emprunts inondent la ville. Qui se cache derrière cette campagne de publicité ? Quel rapport avec cette série de meurtres? Les investigations du commissaire Charitos, le mèneront jusqu’à un bien étrange assassin, tout en faisant découvrir au lecteur.

une Grèce criante de vérité, décrite avec une ironie mêlée de tendresse.

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

2/LE JUSTICIER D’ATHENES

Petros Markaris

(Seuil)

Grèce 2011: la crise économique s’aggrave. Certains riches vivent bien mais ne paient pas leurs impôts, grave dysfonctionnement de la fiscalité. Les pauvres sont partagés entre révolte et désespoir. À mort les fraudeurs fiscaux ! Un justicier du fisc fait pression sur les plus gros fraudeurs pour payer ce qu’ils doivent à l’Etat. Soit ils paient un important impôt de rattrapage, soit il leur ôte la vie, et comme c’est est une personne cultivée, il le fait façon Socrate, à la ciguë. Quand il s’en prend aux hommes politiques, le gouvernement s’affole.

Commentaire social et politique cinglant.

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

3/PAIN, EDUCATION ET LIBERTE

Petros Markaris

(Seuil)

Athènes 2014. La misère s’étend malgré le retour au drachme. La survie quotidienne est de plus en plus difficile et le pays va vers la ruine. Les salaires sont suspendus pour trois mois voire plus. C’est alors qu’un tueur en série jette son dévolu sur des personnalités, issues de la génération de Polytechnique, qui ont eu une carrière fulgurante. Le criminel reprend le célèbre slogan des insurgés de l’époque « Pain, éducation, liberté». Qui se cache derrière ces meurtres ?

Troisième acte du roman noir de la crise grecque, très éclairant et franchement réussi.

________________________________________________________________________________

_______________________________________________________________________________

ESSAIS

De l’agitation dans nos neurones !

_________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

UN ÉTÉ AVEC BAUDELAIRE

Antoine Compagnon

(Flammarion)

Deux ans après le réjouissant succès d'Un été avec Montaigne, la proposition estivale de l’auteur est de goûter “ordre et beauté, luxe, calme et volupté” en compagnie du poète. Il ne s’agit pas de vulgariser le poète des Fleurs du mal, mais plutôt de balayer lieux communs et interprétations grossières afin d'élucider le geste poétique et de mieux comprendre la pensée du poète, son rapport au monde et à son temps.

Un vrai défi relevé avec virtuosité.

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LE GAUCHER BOÎTEUX

Michel Serres

(Le Pommier)

Et si l’on pensait autrement qu’on le croit ? L'acte de penser ne cesse de faire le pont entre un passé fabuleux, remontant aux premiers temps du monde et la modernité messagère la plus sophistiquée. Avec ce dernier essai, Michel Serres fait le bilan du travail de toute une vie. Il réussit à décrire la façon dont il a pensé ses livres et sa philosophie depuis les débuts.

Une prose éclatante de santé, de poésie, de joie et qui s’adresse à notre intelligence.

________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________

POÉSIE

Droit au cœur !

_________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

POPOÈME

Gaston Criel

( Chemin de Fer)

Âmes sensibles s’abstenir ! Le poète crie sont opposition radicale à toutes les formes de la vie en société : famille, religion, travail, propriété. Un océan de dérision, de misère y côtoie des trésors d’émotion et de tendresse. Romancier et poète salué par son siècle, son œuvre en marge et scandaleuse s’avère aujourd’hui d’une brûlante nécessité.

Son refus acharné des éléments constitutifs de la société l'ont conduit à n'être plus connu aujourd'hui que de quelques happy few… dont vous !

______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

JEUNESSE

Découvrir en s’amusant.

_______________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

L’été est un bel écrin pour apprendre à mieux connaître et respecter la faune et découvrir au passage certaines espèces inconnues à travers 3 ouvrages attrayants aux éditions Gulfstream (à partir de 8 ans)

LES BETES QUI CRACHENT, QUI COLLENT, QUI CROQUENT À LA MER

Jean-Baptiste de Panafieu

Les animaux de la plage et de la mer sont classés par le type d’action désagréable qu’ils sont susceptibles de provoquer : piqûre, morsure, pincement, brûlure, etc. Chacun a droit à sa fiche d’identité sur une double-page : à gauche, un dessin très réaliste, les différents noms qu’on lui donne et quelques explications scientifiques ; à droite, trois rubriques : Pourquoi fait-elle ça ? , Utilisation (on ne fait pas que les manger), Le saviez-vous ? (anecdotes).

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LES BÊTES QUI PINCENT, QUI PISSENT, QUI PERCENT À LA CAMPAGNE.

Sophie Fauvette

Aux détours de nos chemins se cachent des animaux surprenants: ils vomissent, pincent, mordent ou bavent... Aventure garantie pour tous les curieux!

_______________________________________________________________________________

Pour commander ou vérifier la disponibilité d’un ouvrage :

http://www.librairie-motsetcie.fr

________________________________________________________________________________

Je vous souhaite un très bel été ...

pour agrémenter vos lectures !

Mehdi, le libraire

________________________________________________________________________________

LES MOTS DU LIBRAIRE  - juillet / août

LES BÊTES QUI SAUTENT, QUI SIFFLENT, QUI S’ÉCLIPSENT À LA MONTAGNE.

Sophie Fauvette, Benoît Perroud, Lucie Rioland

Pourquoi la salamandre tachetée secrète-t-elle un mucus blanchâtre ? Les particularités comportementales des vingt-sept animaux des montagnes présentés ici sont analysées avec précision et humour. Résolument ludique.

______________________________________________________________________________

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article