Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LIBRAIRIE MOTS ET CIE

EMMANUEL DARLEY : une voix qui s'est tue.

29 Janvier 2016 , Rédigé par MOTS ET CIE Publié dans #ANIMATIONS

EMMANUEL DARLEY : une voix qui s'est tue.

Le dramaturge Emmanuel Darley nous a quittés. Ecrivain, voyageur, engagé, sensible au monde, il disparaît à l'âge de 52 ans à peine. Nous l’avions reçu à la librairie lors de la sortie de son roman Le Bonheur, roman du déracinement, voix d'immigrés, voix de migrants en fuite, de passeurs, ou de ceux restés au pays.

La carrière d’écrivain d’Emmanuel Darley a commencé par deux romans : Des petits garçons ( POL, 1993) puis Un gâchis (Verdier, 1997). Après cette entrée dans le domaine romanesque, c'est la rencontre avec le théatre. Il va alors se consacrer largement à l'écriture dramatique. Certaines de ces pièces seront lues, d'autres mises en espace, éditées, d'autres jouées comme Mardi à Monoprix interprété par Jean-Claude Dreyfus ou Pas bouger, créée en 2001 par la compagnie Labyrinthes à Montpellier, et qui a été traduite en plusieurs langues et largement représentée en France comme à l'étranger.Il revient au roman en 2003 avec Un des malheurs (éditions Verdier. Prix Charles Brisset) puis en 2007 avec Le Bonheur (éditions Actes Sud). Ces deux derniers textes, tout en revenant à une forme romanesque, prolongent en une large part sa démarche théâtrale. Ce sont des œuvres polyphoniques, donnant à entendre les voix de nombreux personnages

Tourné vers les autres il était engagé, donnant son temps, son énergie, pour défendre les laissés pour compte, les blessés de la vie.
_________________________________________________________________________________

La librairie rendra hommage à Emmanuel Darley le samedi 13 février à 10:30

Lecture de textes par Valérie Schlée / Mise en voix par le théatre ZeRégalia

__________________________________________________________________________________

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article